La décoration des poteries

Il existe de très nombreuses façons de décorer la surface d'une pièce aux différents stades de sa fabrication.

En voici quelques-unes qui vous seront proposées à  l'atelier, la liste n'étant pas exhaustive !

 

Décor avant séchage

Lorsque la terre est encore fraîche, la pièce peut être décorée en ajoutant des motifs en reliefs ou au contraire en creusant sa surface avec différents outils.

 

Décoration aux engobes

Les engobes sont des mélanges liquides d'eau de poudre d'argile et de colorants.
Ils sont appliqués au pinceau, à  l'éponge ou au barolet lorsque la pièce est presque sèche.
Cette méthode de décoration ancienne a souvent servie à  décorer les poteries sud américaines et de nombreuses poteries vernissées traditionnelles.


Des engobes de couleurs différentes sont disponibles à  l'atelier. Il vous est aussi possible de fabriquer vos propres engobes.

 

Décoration aux oxydes

En utilisant des oxydes dilués dans de l'eau on peut comme avec les engobes décorer les pièces au pinceaux. Les oxydes donnent un effet plus fondu que les engobes. Les deux peuvent être associés sur une même pièce.

 

Sgraffitte

Avant cuisson, en grattant avec une pointe la couche d'engobe ou d'oxydes on fait réapparaître la couleur de la terre. On peut ainsi par contraste faire apparaître un décor plus fin.

 

Polissage et enfumage

Typiques des poteries primitives, le polissage et l'enfumage étaient à  l'origine pratiqués pour imperméabiliser les récipients en poterie.


Au delà  de l'aspect pratique, ces deux techniques ont rapidement été utilisées pour le décor des pièces.


L'enfumage résultait au départ, du contact direct des pots avec le feu pendant la cuisson. Le carbone et les autres produits de combustion pénètrent les pores de l'argile, figeant à  sa surface l'empreinte des flammes en la nuançant de noir.

Le polissage donne à  la surface de la céramique un aspect soyeux et satiné. Il doit s'effectuer alors que la pièce n'est pas encore tout à  fait sèche, à  l'aide d'un outil rond et lisse : galet, dos de cuillère, ébauchoir ou autre. En faisant glisser l'outil à  la surface de l'argile, on enfonce les grains les plus grossiers pour ne laisser en surface que les particules fines. Ces particules fines, comparables aux ardoises d'un toit, sont ensuite couchées et orientées parallèlement à  la surface de la pièce par le passage répété de l'outil. La légère brillance de la poterie achevée provient de la réflexion de la lumière sur ce dallage de particules.

 

Le polissage permet de mettre en valeur les couleurs naturelles de la terre et des engobes. Les pièces ainsi obtenues sont douces et chaudes. Le polissage demande beaucoup de temps et de patience et donne ainsi à  la pièce une certaine valeur.